Y’a le printemps qui chante !

Hiver doux, printemps précoce

C’est une fin d’hiver très douce qui annonçait un printemps particulièrement précoce en 2014. Comme chaque année ce début de printemps est rythmé à Beauregard par les travaux dans les vignes qui s’accélèrent. Nous finirons la taille cette année autour de la mi-avril et profiterons ensuite du temps qu’il nous reste avant le relevage des fils pour entretenir les palissages qui maintiendront le feuillage des vignes.

Du compost dans nos vignes

Nous avons cette année mis en œuvre un chantier de compostage que nous n’avions pas pu réaliser l’année dernière pour des raisons de météo : il  arrive que la fin de l’hiver soit pluvieuse et c’était le cas en 2013 (Lire cet article publié dans notre blog le 4 avril 2014 – l’Homme et l’humus – Partie 1 : du Compost Dans Nos Vignes). L’objectif du compost que nous épandons dans nos vignes est de nourrir le sol qui est le substrat vivant de la plante.  Depuis 2001 nous n’utilisons plus d’engrais chimiques pour fertiliser la vigne. (Lire notre page Vignerons->Ethique).

Un sol vivant

Une fois les risques de gelée définitivement écartés, viendra ensuite le temps du travail du sol. Notre objectif est de développer la vie des organismes vivants du sol : les champignons et les bactéries qui décomposent la matière organique en matière minérale dont se nourrit la plante, mais aussi les vers de terre qui en creusant des galeries aèrent le sol. Un sol vivant pour produire des vins vivants (Lire notre page Vins).

Des fleurs dans nos vignes

Nous travaillons le sol toujours de façon superficielle, jamais en profondeur : il ne s’agit pas de dénaturer l’habitat des organismes vivants, mais d’accompagner la vigne dans ses  besoins en fonction de la météo. L’herbe est maintenue le plus longtemps possible dans nos vignes. Venez nous rendre visite à Beauregard et au printemps vous y découvrirez… LE PRINTEMPS LANGUEDOCIEN. Nos vignes sont toutes vertes, bien vivantes et colorées des milles couleurs printanières !

 

Pas encore de commentaires pour cet article.

Laisser un commentaire